HomeCinéSolutions s'engage pour le développement durable

Voici comment, à notre échelle, nous faisons de notre mieux pour minimiser notre impact écologique.

Minimiser nos émissions

Nous avons choisi un fournisseur d'électricité encourageant le développement durable.
Une partie importante de l'électricité que nous consommons est issue d'énergies renouvelables.

Nous aimons les produits fabriqués en France ou en Europe.
Faire venir un produit d'Asie produit généralement plus de CO2.

Nous privilégions les produits fiables et de qualité, qui durent longtemps.
Garder un produit 10 ans sans une panne, c'est moins de soucis et moins de déchets !

Recycler, plutôt que jeter

Nous reprenons vos anciens produits pour qu'ils soient recyclés,
dans le cadre de l'éco-participation versée lors de votre achat.

Nous trions nos déchets,
de la simple bouteille d'eau aux plus gros cartons !

Moins consommer

Nous privilégions les factures électroniques.
C'est moins de papier, d'encre, d'emballage, de transport et au final, c'est moins cher pour vous, comme pour nous !

Nous utilisons du matériel récent.
Il consomme moins, se met en veille rapidement et s'éteint automatiquement en dehors des horaires d'ouverture.

Nous allumons les produits exposés en magasin sur votre demande.
Nos modèles d'expo s'usent moins et consomment moins d'électricité.

Re-utiliser avant de recycler

Nous re-utilisons les emballages.
Les palettes, cartons et protections anti-chocs peuvent servir plusieurs fois.

Nous ne faisons pas de concessions sur la qualité de protection de votre matériel,
nous ne re-utilisons que les emballages jouant parfaitement leur rôle de protection !

Qu'est-ce que l'éco-participation ou "éco-contribution" ?

L'éco-participation ou "éco-contribution" correspond au coût de collecte et de recyclage des déchets des équipements électriques et électroniques (DEEE).

Cette contribution aux frais de valorisation et d'élimination des DEEE responsabilise les acheteurs et permet un recyclage efficace.

Quels produits sont concernés ?

Il s’agit de tous les appareils fonctionnant grâce à des courants électriques (sur secteur, ou avec piles ou batterie) ou des champs électromagnétiques. Il s’agit notamment de tout le matériel dit "blanc" (l’électroménager), "brun" (le matériel audiovisuel), "gris" (l’équipement informatique : du réveil à l’ordinateur, du lave-linge à la télévision, mais aussi les jouets et le matériel de bricolage ou de jardinage.

À partir du 15 novembre 2006, ces déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE ou D3E) sont pris en charge par une filière spécialisée mise en place par les producteurs de ces produits.

Est considéré comme DEEE tout appareil électrique ou électronique, même incomplet, mis au rebut : qu’il soit hors d’usage ou réutilisable, ou remplacé par une version neuve plus récente.

Ces produits sont classés en dix grandes catégories :

  • le matériel grand public : chaînes hi-fi, postes de radio, téléviseurs, caméscopes, magnétoscopes...
  • le mobilier : fauteuils, meubles, supports pour téléviseurs, étagères, racks, ...
  • les gros appareils ménagers : réfrigérateurs, congélateurs, cuisinières électriques, machines à laver, sèche-linge...
  • les petits appareils ménagers : cafetières, aspirateurs, machines à coudre ; grille-pain, fers à repasser, sèche-cheveux
  • les équipements informatiques et de télécommunications : ordinateurs, imprimantes, ...
  • le matériel d’éclairage : lampes à économie d’énergie, tubes fluo, ...
  • les outils électriques et électroniques (à l’exception de gros outils industriels fixes) : perceuses, scies, outils de jardinage
  • les jouets, les équipements de loisir et de sport : consoles de jeux, jouets téléguidés...
  • les dispositifs médicaux (à l’exception de tous les produits implantés et infectés) : tensiomètres, pèse-personnes électroniques, thermomètres...
  • les instruments de surveillance et de contrôle : détecteurs d’incendie, appareils de vidéo-surveillance
  • les distributeurs automatiques (équipements professionnels)

Directive 2002/96-CE Relative Aux Déchets d'Equipements Electriques et Electroniques (DEEE)

La production d'équipement électrique et électronique est un des secteurs industriels dans le monde occidental qui connaît la croissance la plus importante. De ce fait se pose désormais le problème de la gestion des déchets électriques et électroniques. En Juin 2000, la Commission Européenne a introduit des propositions pour régler le problème, et en décembre 2002 les propositions ont été acceptées et déterminées par la directive sur les déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE).

Les principales dispositions de la Directive DEEE sont:

  • de rendre responsables les producteurs (ou toute autre personne qui introduit un produit sur le marché européen) de payer pour reprendre, traiter et recycler l'équipement en fin de vie.
  • d'améliorer le recyclage des déchets électriques et électroniques.
  • de s'assurer la collecte sélective des déchets électriques et électroniques.
  • d'informer le public à propos de leur rôle vis à vis de ces déchets.

Le décret français transposant les deux directives européennes a été publié au JO le 22 juillet 2005. Pour les DEEE des ménages, la date de démarrage effectif de la filière (le système de la collecte et de traitement des DEEE) a été fixée au 15 novembre 2006.

Les Equipements Electriques et Electroniques (EEE) sont les appareils fonctionnant avec une prise électrique, une pile ou un accumulateur. Chaque producteur appose sur chacun des équipements électriques et électroniques ménagers mis sur le marché après le 13 août 2005, le pictogramme représentant une poubelle sur roues barrée d'une croix.

A partir du 15 novembre 2006 vous ne devez pas vous débarrasser des déchets d'équipements électriques et électroniques par les ordures ménagères ou les autres déchets municipaux non triés.

Les consommateurs contribueront au processus en payant une "éco-contribution" ou "contribution environnementale", comprise dans le prix d'achat des nouveaux équipements.

Le montant de cette éco-contribution sera inclus dans le prix de chaque produit affiché sur le site, et indiqué sur les factures adressées avec chaque commande.

Le consommateur devra rapporter ses équipements usagés, soit en déchetterie, soit chez un distributeur lors de l'achat d'un produit neuf, soit le donner à une association d'économie solidaire.

Pour certains équipements de type informatique ou Hi-fi de bonne qualité et en état de marche, le don à des associations caritatives peut constituer une bonne solution permettant de plus le soutien d'un public en difficulté.

Les déchets d'équipements électriques et électroniques peuvent contenir de substances dangereuses, avec des potentiels effets sérieux sur l'environnement et la santé humaine. Par votre participation à la collecte des équipements électroniques en fin de vie, vous contribuez à la préservation des ressources naturelles et à la protection de la santé humaine.

Qui recycle les DEEE ?

A partir du 15 novembre 2006, pour les producteurs qui y arrivent, 4 éco-organismes prennent en charge l'enlèvement et le recyclage des DEEE :

  • ERP 0810 130 805 (prix d'un appel local)
  • Récylum 0810 001 777 (prix d'un appel local)
  • Ecologic 0825 825 732 (12 cts/min)
  • Eco-Systèmes 0825 886 879 (12 cts/min)

La société OCAD3E a été agréé par arrêté du 22 septembre 2006 pour assurer la compensation des coûts de la collecte sélective des D3E supportés par les collectivités locales.

Comment lire les étiquettes ?

Désormais, sur chaque appareil électrique ou électronique que vous achetez, vous contribuez au financement collectif de la nouvelle filière, en acquittant une éco-participation. Celle-ci est affichée très lisiblement, séparément du prix du produit, dans un objectif de transparence. Cette somme est d’abord versée par le producteur à l’éco-organisme, pour financer la collecte, la réutilisation et le recyclage d’un équipement usagé équivalent, et varie donc selon le produit et le type de traitement qu’il exige. Elle est ensuite répercutée à l’identique par le producteur au distributeur jusqu’au consommateur, dans le cadre d’un système à but non lucratif.

Cet affichage correspond aussi à un objectif de pédagogie afin que nous ayons tous conscience du coût de prise en charge de la fin de vie des produits que nous consommons. L'éco-participation est soumise à TVA et ne peut pas faire l’objet de remise.

Quelques tarifs indicatifs, par exemple : 10 centimes d’euro pour un réveil, 1 euro pour un aspirateur, 6 euros pour un lave-vaisselle, de 1 à 8 euros pour un téléviseur ou encore 13 euros pour un réfrigérateur.

DEEE et Ecotaxe, ne pas jeter, recycler dans un point de collecte

Nature et composition des DEEE

Un équipement électrique ou électronique est mis au rebut (et devient donc un déchet d'équipement électrique et électronique - DEEE) pour les raisons suivantes :

  • il est hors d'usage,
  • il est réparable mais le coût de la réparation est prohibitif,
  • il fait partie d'un tout dont un élément est hors d'usage,
  • il fonctionne, mais est obsolète et remplacé par un équipement plus récent.
  • Les rebuts de production sont en général également considérés comme des déchets d'équipements électriques et électroniques.

Les DEEE sont des déchets très variés et de composition complexe. Ainsi, une composition type de ne peut être définie. Cependant ils sont essentiellement composés de :

  • métaux ferreux et non ferreux (10 à 85),
  • matériaux inertes : verre (hors tube cathodique), bois, béton... (0 à 20),
  • plastiques contenant ou non des retardateurs de flamme halogénés (1 à 70),
  • spécifiques :
    • CFC et autres gaz à effet de serre (actuellement remplacés par des HC),
    • Piles et accumulateurs,
    • Tubes cathodiques (environ 65 sur un téléviseur),
    • Condensateurs au PCB, - Cartes électroniques,
    • Ecrans à cristaux liquides,
    • Relais ou commutateurs au mercure,
    • Câbles,
    • Cartouches et toners d'imprimante.

Certains DEEE sont des déchets dangereux.

Chiffres clefs

Chaque année, environ 1,7 millions de tonnes de DEEE sont générés par les entreprises et les ménages. Ces déchets ont un taux de croissance élevé : de 3 à 5 par an.

La quantité de DEEE issue des ménages est estimée à environ 14 kg/an/hbt, soit environ 50 des DEEE. Ces données restent toutefois approximatives, aucun dispositif de suivi de ces quantités de déchets en particulier n'existant à ce jour.

En effet, il est difficile aujourd'hui d'estimer le gisement de DEEE, en raison notamment :

  • de la diversité des appareils mis sur le marché et des fabricants concernés,
  • de la durée de vie très variable des appareils,
  • des phénomènes de stockage très importants, notamment chez les particuliers, en raison de différents facteurs : "ça peut encore servir", valeur financière ou affective attribuée au produit, inexistence de la collecte, méconnaissance des possibilités de traitement, méconnaissance des riques de pollution engendrés,
  • d'une collecte actuellement réalisée en mélange avec d'autres déchets (encombrants ou ordures ménagères brutes pour les déchets des ménages, DIB ou DIS pour les professionnels).

A terme, le registre des producteurs permettra un suivi fin :

  • des mises sur le marché annuelles d'équipements électriques et électroniques
  • des quantités de déchets collectés et valorisés en provenance des ménages par les biais de déclarations également.

La directive européenne relative aux DEEE (voir cadre réglementaire) fixe un objectif de collecte de 4 kg/an/hab des DEEE des ménages au 31 décembre 2006. Cet objectif sera révisé tous les deux ans.

Dans le cadre de l'opération Initiative Recyclage, un taux de collecte de 4,7 kg/an/hab a été atteint au bout de deux ans d'expérience.

Pour en savoir plus